BETA VERSION
Sito Ufficiale di Informazione Turistica
Comune di Ravenna

Les mosaïques dans les rues et les places

Condividi su facebook
Condividi su twitter
Condividi su whatsapp

Du passé au présent, de l’intérieur vers l’extérieur. Des monuments et musées les plus spectaculaires à la ville vivante : à partir des plaques des rues du centre, réalisées en mosaïque par l’atelier de l’artiste mosaïste Annafietta, ou les œuvres de décoration signées par les étudiants du Cours de la Mosaïque du Lycée Artistique Nervi-Severini, comme les bancs placés via Salara. Le thème de la mosaïque nous accompagne vivement et toujours différemment entre les habitations privées et les activités du public au quotidien, dans les rues et sur les places de Ravenne, toujours en dialoguant avec la vie de ses citoyens.

Les installations colorées inspirées au célèbre jeu vidéo japonais « Space Invaders », créés par l’artiste français Invader, célèbre à Paris, New York, Bangkok, Marrakech, San Paolo sont très jolies et cachées parmi les passants et les touristes. En 2015 à Ravenne, il a réalisé sur commande, une mosaïque de 20 mètres carrés qui représente Spock au Planétaire des Jardins Publics, icône de la série télévisée de science-fiction Star Trek, en train de saluer un extra-terrestre rouge qui veut envahir la Terre.

Après, Invader est retourné incognito pour disséminer dans la ville au moins une trentaine d’œuvres, toujours visibles dans les rues de Ravenne.

Un projet de restauration donnera bientôt de nouveau de l’importance aux œuvres de 1988 exposées dans le Parco della Pace de via Marzabotto, un musée en plein air voulu par l’Association Mosaïstes Contemporaines et la mairie de Ravenne, sur la base d’un projet d’une commission artistique internationale, présidée par Giulio Carlo Argan.

Le projet veut diffuser l’art de la mosaïque comme message de paix et d’amitié entre les peuples à travers des œuvres importantes de mosaïstes contemporains, comme Mimmo Paladino, qui signe le tapis de mosaïque au centre du parc, le belge Claude Rahir avec sa fontaine composée par des matériaux provenant de tous les Pays, ou la viennoise Edda Mally qui expose ici son œuvre de 4 mètres de haut intitulée Le Ali della Pace.

Art en plein air est aussi présent piazza Resistenza, avec la magnifique fontaine monumentale en mosaïque Ardea Purpurea, œuvre de 12 mètres de haut réalisée par Marco Bravura, célèbre mosaïste de Ravenne. La mosaïque est cassage et recomposition, dans une recherche constante d’harmonie. Comme la le phénix arabe, cette fontaine célèbre, dans son mouvement hélicoïdal, la renaissance et la vie.

Dans la rue dénommée via di Roma, juste en face de l’entrée du MAR (Musée d’Art de Ravenne) RotoB, réalisé par Marco Bravura avec des déchets d’or des mosaïques est exposé, tout comme les rotoballes sont fabriqués avec les déchets du blé.

L’œuvre de la mosaïque est la réévaluation de la récupération comme forme d’art, mais aussi un message pour un retour à la vie frugale, contre le gaspillage et le superflu.

Un Monument en mosaïque a été dédié à la mémoire d’un maire de Ravenne très aimé et respecté pour sa profonde culture et son activité d’étude. C’est celui situé à côté de Porta Adriana pour Pier Paolo D’Attore (1951-1997), décédé prématurément.

L’œuvre, réalisée sur le projet de l’artiste Matthias Biehler par Luciana Notturni et par les jeunes élèves des écoles de mosaïque de Ravenne, est composée par un banc simple recouvert de tesselles de mosaïques, sur lequel un manteau replié et un livre également réalisés en mosaïque semblent y avoir été oubliés.

Dans la rue dénommée viale Farini, à l’intérieur des Jardins Speyer, près de la gare, se trouve la Gerusalemme Celeste, créé sur le projet d’Enzo Pezzi par les élèves du Consortium Provincial pour la Formation Professionnelle et inspirée des nombreuses représentations de la Ville Sainte contenues dans les mosaïques de Ravenne.

Enfin, dans le centre historique, à l’extérieur des entreprises, des boutiques et des demeures privées, des carreaux décorés à mosaïque sont exposées dans le cadre du projet « Les fleurs de Ravenne » – « Ravenne une ville amie des femmes », promu en 2013 par l’association Linea Rosa en collaboration avec le Centre International de Documentation sur la Mosaïque du MAR – Musée d’Art de la ville de Ravenne et CNA, dans le but d’unir le monde du volontariat avec celui de l’art.

Il s’agit de petites œuvres artistiques avec des motifs floraux qui témoignent le soutien de Ravenne aux femmes en difficulté ou à celles qui subissent des violences psychologiques, économiques, physiques, sexuelles, ou qui sont victimes de harcèlement moral.

Au fil du temps, ces œuvres sont devenues un symbole de « bienvenu » dans la ville destiné en particulier aux femmes, parce qu’elles peuvent se sentir bienvenues dans un lieu accueillant, et plus en général, à tous ceux qui visitent Ravenne.

Toujours à la mémoire des victimes de féminicide, une sculpture  – créée par les élèves du Lycée Artistique Nervi sur initiative de l’association Linea Rossa en 2009,  et restaurée en 2013 en collaboration avec Udi promotion dans le cadre de la campagne « Endroit occupé par une victime de féminicide » de la convention No-More – est exposée Piazzetta Serra.

informazioni utili

A cura della Redazione Locale
E-mail: turismo@comune.ravenna.it

Ultima modifica: 30 Marzo 2021

TI POTREBBE INTERESSARE

Precedente
Successivo
[uwp_login]