BETA VERSION
Official Tourist Information Site
Municipality of Ravenna

Les mosaïques dans les sites archéologiques

Share on facebook
Share on twitter
Share on whatsapp

Les sites archéologiques de Ravenne sont merveilleux pour admirer les chefs-d’œuvre de la mosaïque paléochrétienne et byzantine, toujours dans le contexte dans lequel ils ont été réalisées par les artistes du cinquième et sixième siècle après J.C.

À partir du Parc Archéologique de Classe qui, en plus de la Basilique de Saint-Apollinaire in Classe, la Basilique de San Severo et d’autres grandes pièces maintenant exposé à Classis Ravenna – Musée de la Ville et du Territoire, comprend le site archéologique des premiers centres habités de Classe et de l’ancien port.

Dans l’antiquité, la ville de Classe était beaucoup plus développée que Ravenne et avait été choisie à la fin du premier siècle par l’empereur Auguste comme siège d’un port d’entretien et protection pour son incommensurable flotte navale (en latin, justement, Classis).

À ce jour, la ville est seulement un hameau de la Commune de Ravenne qui se trouve à 8 kilomètres, mais à l’époque romaine,  c’était un lieu plein de vie, entouré de murs et dans lequel de grandes basiliques paléochrétiennes foisonnaient.

Les ruines de l’Ancien Port romain de Classe ont été retrouvées très loin du littoral de ce jour : cela indique qu’au cours des siècles, l’accumulation des détritus transportés par les fleuves le long de la côte a éloigné la mer de son ancienne position à l’époque romaine. Les études ont découvert les anciennes structures du port de Classe et les grands magasins où les marchandises provenant de l’Est étaient chargées et déchargées.

Pour revenir au centre ville, le site archéologique « fleuron » de Ravenne est la Domus dei Tappeti di Pietra : une riche demeure byzantine de la fin de l’époque impériale, aujourd’hui renfermée dans le sous-sol de l’église de style baroque tardif de Sant’Eufemia.

La Domus, composée de plusieurs bâtiments construits au fil du temps entre le cinquième et le sixième siècle après J.C, dispose de 14 salles prestigieuses sur 700 mètres carrés de pavement en mosaïque richement décoré avec des formes, des personnages et des dessins uniques au monde, comme La Danza dei Geni delle Stagioni ou la mosaïque du quatrième siècle rebaptisé du Buon Pastore.

Tandis qu’en face de via di Roma, à côté de la basilique qui à l’époque était appelée Basilica Palatina – après être devenue Basilica di Sant’Apollinare Nuovo -nous trouvons une grande partie d’une façade avec une tour que certains savants croient être les ruines du Palazzo di Teodorico.

Aujourd’hui, plusieurs exemplaires de mosaïque, découverts dans les environs, sont conservés dans la tour, ce qui laisse présumer qu’ils proviennent probablement de la résidence impériale ou d’autres résidences nobles.

Enfin, les ruines de l’ancien palais seigneurial de la place San Francesco -accessible autant par la place qu’en traversant le siège de la Province de Ravenne – sont un site de grand intérêt archéologique et culturel.

Les mosaïques antiques qui ont été utilisés à la fin du XVIIIème siècle pour décorer, avec du génie et de la sagesse, le sol de la Crypte Rasponi appartenant à la famille sont également très remarquables.

La crypte, qui n’a jamais renfermé les sépultures de la famille Rasponi, se présente comme une chapelle nobiliaire divisée en trois parties, dans lesquelles se distingue le magnifique pavement en mosaïque du sixième siècle provenant de Classe, de l’Église de San Severo détruite.

Le pavement est donc constitué d’un ensemble de fragments de différents tapis en mosaïque, chacun richement décoré de motifs ornementaux et de dessins d’animaux, de poules, de canards, d’oies, de têtes de bélier et de serpents, représentés de façon spontanée et rendus plus colorés par l’usage des émaux qui en argumentent la richesse chromatique.

La présence d’un tapis en mosaïque, si originalement composé, a donc inspiré l’idée de valoriser l’association de l’élément antique et du goût moderne, et le sens constructif du dialogue entre le passé et le présent, avec l’organisation d’une exposition permanente de 8 œuvres de nombreux artistes contemporains, inspirées des 4 saisons et savamment insérées dans le contexte de la crypte.

Par exemple, le sanglier en pierre de Giuliano Babini, messager de l’automne de l’Homme, l’œuvre Le fantôme de l’été de Daniele Strada, la sculpture en émail, or et marbre de Marco de Luca, et les cailloux de Felice Nittolo.

Further information

A cura della Redazione Locale
E-mail: turismo@comune.ravenna.it

Last edit:30 March 2021

You may also like:

Non ci sono risultati per i filtri selezionati

Previous
Next
[uwp_login]