Photo Gallery

Menu di livello

Home > Storytelling >Antiquité

Vitruve (80 avant J.C. - 15 avant J.C. environ)

Vitruve

De l'Architecture
Livre II, 9.
10. L'aune, qui croît sur le bord des rivières, et dont le bois paraît n'être d'aucune utilité, possède de rares qualités : car l'air et le feu entrant pour beaucoup dans son essence, la terre pour peu, l'eau pour moins encore, il en résulte que sa substance ne renferme que fort peu d'humidité. Que dans un marais on vienne à asseoir les fondements d'un édifice sur des pilotis faits de ces arbres enfoncés très près les uns des autres, ces arbres se remplissant de l'humidité qu'ils n'ont pas, soutiennent la charge des constructions les plus massives et les conservent sans s'altérer. Ainsi le bois qui n'oppose à l'air aucune résistance, employé dans l'eau, dure fort longtemps.
C'est une remarque qu'il est facile de faire à Ravenne, dont tous les édifices, soit publics, soit particuliers, sont fondés sur des pilotis de cette nature.

16. […] On demanda [aux habitants] d'où venait ce bois sur lequel le feu n'avait aucune action. Ils montrèrent ces arbres dont la contrée est couverte, et qui avaient fait appeler ce château Larignum, du nom de larix qu'ils portent eux-mêmes. On transporte par le Pô ce bois à Ravenne, dans ta colonie de Fano, à Pisaure, à Ancône et dans les autres municipes de cette contrée.

Vitruvio Pollione, De l'architecture. Des Livres 1-7. Milan : Bibliothèque universelle Rizzoli, 2002.
Critique, traduction et commentaires de Silvio Ferri.